Chronique rédigée par Réjean Dancause  Adm.A., F.C.M.C., conseiller en stratégies et en relève d’entreprise, Groupe Dancause

S’il y a une décision que les PDG remettent facilement à demain c’est bien celle de la mise en place de la relève pour prendre la direction de leur entreprise ainsi que leur propre projet de départ à la retraite, bien que les deux ne soient pas synonymes. En effet, on peut céder sa place à la direction et continuer d’être actif dans son entreprise en occupant un autre poste ou en y travaillant à un rythme réduit, le temps de  graduellement se développer de nouvelles occupations hors de l’entreprise.

On dit généralement qu’il faut au moins cinq ans pour préparer une bonne relève, mais souvent ce n’est pas le cas, car on s’y est pris trop tard. Quoiqu’il en soit, il faudra un jour ou l’autre s’y résigner et passer à l’action.

 

Répondre à quatre questions

Pour démarrer la démarche, il faut d’abord répondre à quatre questions, toutes plus importantes les unes que les autres, à savoir :

  1. Est-ce que la relève au poste de PDG sera familiale ou non?
    Les démarches qui vont s’en suivre ne seront pas les mêmes dépendamment du type de relève.
  2. Qui sera le futur PDG de l’entreprise?
    Au point de départ, il  y aura plusieurs hypothèses, mais il ne peut pas y avoir deux personnes qui occuperont le poste.
  3. Est-ce que la personne visée a les qualifications nécessaires pour occuper le poste?
    Sur ce point, il faut surtout éviter les compromis.
  4. Est-il préférable de s’inscrire à un programme d’accompagnement ou non?
    Comme c’est un exercice très complexe et que les conséquences d’un échec sont très graves, il vaut mieux prendre toutes les précautions.

 

Établir la valeur de l’entreprise

Généralement, qui dit « passer la main à la relève » dit aussi « transmettre ou vendre l’entreprise » à celui ou celle qui en prendra la direction. Bien qu’il soit très rare que le futur PDG ait les moyens d’acquérir seul l’entreprise, il faut d’abord en établir la valeur et le plan des démarches de son financement. Plusieurs options peuvent être envisagées :

  • Vendre en tout ou en partie l’entreprise, immédiatement ou sur quelques années avec des modalités qui doivent tenir compte des impacts fiscaux pour le vendeur.
  • En faire partager la propriété par le futur PDG et d’autres membres de la direction et par des fonds spécialisés en capital de risque ou une combinaison de formules financières.
  • Dans certains cas, il sera plus avantageux de vendre l’entreprise à un concurrent qui en prendra la direction et qui continuera de faire progresser l’entreprise selon son propre plan stratégique alors que dans d’autres, l’entreprise sera vendue à un fonds d’investissement qui s’occupera de mettre à sa tête un PDG de son choix.

 

Bref, généralement, le propriétaire qui veut éventuellement vendre son entreprise à sa propre relève ou à quelqu’un d’autre, voudra, bien entendu, en maximiser la valeur et le montant qu’il en recevra lors de la vente.