Entreprise en bref

Nom : Beel Technologies inc.
Fondation : 1992
Située à : Brossard
Président : James Groundwater
Secteur d’activité : Aéronautique
Produits : Équipements de tests pour les radars de contrôle aérien
Nombre d’employés : 10

Depuis près de 50 ans, le nom Beel Technologies constitue un gage de confiance dans les tours de contrôle de par le monde. En effet, l’entreprise brossardoise – qui existe depuis les années 1960 – se spécialise depuis 1992 dans la conception et la fabrication d’équipements d’essais pour les radars, en plus d’avoir développé une gamme de transpondeurs de vérification SSR (Secondary Surveillance RADAR) assurant le bon fonctionnement des radars employés pour le contrôle de la circulation aérienne.

Bien entendu, il s’agit là d’un marché de niche, mais nécessaire. « Les fabricants de radars ont besoin de systèmes de test fiables pour accompagner leurs produits, indique le président James Groundwater. Nous vendons notre produit au fabricant qui installe le radar, ce qui lui procure du même coup une crédibilité supplémentaire, car pour tester un radar, il faut être objectif. Ainsi, le fait que nous soyons une compagnie indépendante agit un peu comme une certification de tierce partie pour l’acheteur. » C’est ainsi que, par l’entremise de ses partenaires d’affaires, les produits de Beel se retrouvent sur tous les continents. M. Groundwater estime d’ailleurs que 95 % de ses ventes sont effectuées à l’extérieur du Canada.

Vers un nouveau marché

Forte de son expérience et de son savoir-faire, l’entreprise a commencé il y a quelques années à évaluer les occasions d’affaires possibles sur le marché chinois. Il faut dire que l’économie de l’empire du Milieu n’a cessé de croitre malgré les fluctuations des récentes années, et que le gouvernement envisage d'investir dans les infrastructures aéroportuaires en construisant pas moins de 78 aéroports au cours de la prochaine décennie.

Depuis 2009, les dirigeants de Beel Technologies ont ainsi assisté à des séminaires sur le développement des affaires en Chine, fait des démarches pour obtenir les certifications nécessaires pour leur produit, et participé à une mission sur place pour rencontrer des partenaires potentiels ainsi que des agents intéressés à les représenter en sol chinois. En tout et partout, il aura fallu trois ans d’efforts pour percer ce nouveau marché. La compagnie a bénéficié du soutien du MDEIE, de DEL ainsi que des ambassades et consulats pour arriver à ses fins.

Mais quiconque s’attaque au marché chinois doit faire preuve d’une certaine prudence. « Nous avons beaucoup investi de temps et d’argent pour développer ce nouveau marché, il importait donc de protéger adéquatement notre produit afin d’éviter le sentiment d’avoir dépensé nos énergies en vain, explique le chef d’entreprise. La quatrième génération de notre console de test a ainsi été cryptée afin de la rendre plus sécurisée et plus difficile à imiter. » Le résultat donne un produit de haute technologie à prix compétitif qui s’avère fort attrayant pour les entreprises chinoises.

Un avantage concurrentiel

« Notre avantage concurrentiel réside dans l’expertise spécifique que nous avons développée au fil des ans, et dans le fait que notre compagnie soit de petite taille. Au Québec – et principalement dans l’agglomération de Longueuil grâce à la présence de l’aéroport de Saint-Hubert, de Bombardier et de Pratt & Whitney Canada –, nous avons accès à un vaste bassin d’ingénieurs aéronautiques qualifiés », évalue M. Groundwater. Cela constitue un atout indéniable pour Beel Technologies, qui parvient ainsi à trouver le personnel clé nécessaire à sa réussite continue.