Minimiser les impacts de votre entreprise sur l'environnement

Chronique rédigée par Gedden

La plupart des entreprises tendent à minimiser les pressions et les impacts exercés par leurs activités sur l’environnement. Depuis nombre d’années, elles ont mis en place des procédés permettant de diminuer l’exploitation des ressources naturelles et de réduire la production des déchets et des rejets industriels. Dans certains secteurs d’activité, les procédés de production se sont grandement améliorés. Cependant, les techniques mises en œuvre pour réduire les impacts environnementaux œuvrent majoritairement au stade final du procédé. Les purificateurs d’air installés sur les cheminées industrielles en sont un bel exemple.

Il existe un concept qui englobe beaucoup plus large. Il s’agit de l’écologie industrielle. Fondée sur une approche plus systémique, l’écologie industrielle s’inspire du fonctionnement des écosystèmes naturels pour recréer, à l’échelle d’un système industriel, une organisation caractérisée par une gestion optimale des ressources ainsi qu’un fort taux de recyclage de la matière et de l’énergie. L’écologie industrielle est une nouvelle pratique du management environnemental. Elle tend à intégrer l’environnement dans les stratégies d’entreprises grâce, entre autres, aux calculs d’optimisation et aux analyses du cycle de vie.

Écologie industrielle

L’écologie industrielle recherche l’optimisation à l’échelle de groupes d’entreprises. Les stratégies utilisées englobent la valorisation et/ou l’échange des résidus industriels (les résidus de un peuvent constituer des matières premières pour l’autre); le partage des services ou encore la gestion collective des déchets, la réutilisation des eaux pluviales, le partage des équipements ou des ressources et la valorisation des sous-produits, pour ne nommer que ceux-là.

Cette nouvelle approche émergente s’applique principalement à l’échelle des parcs industriels. La proximité des entreprises favorise la synergie entre tous les membres de la communauté. Ces nouveaux partenariats sont le cœur d’une véritable stratégie de développement territorial durable.

Responsabilité sociale

Au chapitre de la responsabilité sociale de l’entreprise, c’est le même principe. Cette responsabilité va au-delà des exigences légales et des profits. L’entreprise qui souscrit à cette responsabilité démontre une conscience sociale. Elle consacrera davantage de ressources aux aspects humains, à l’environnement et aux autres groupes d’intérêts touchés par ses actions : les employés, les clients, les fournisseurs, la communauté et la société en général.

La responsabilité sociale de l’entreprise intègre les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans les valeurs qu’elle véhicule et les activités qu’elle exerce. Elle permet aux entreprises de toutes tailles de concilier les ambitions économiques, sociales et environnementales en coopération avec leurs partenaires. Elle conduit également à des changements dans la gestion interne pour aider à la définition et à l’évaluation des décisions. Les entreprises socialement responsables ont élaboré des politiques et des outils de responsabilité sociale. À titre d’exemple, mentionnons, entre autres, des codes de conduites, des clauses d’achats durables, des tableaux de bord et indicateurs de gestion incluant l’environnement, l’économie et le social. Pour une entreprise, la responsabilité sociale pourrait par exemple se traduire par la mise en place de programme de gestion des risques, d’assurance qualité, de sécurité accrue et de nouvelles normes de communication interne et externe.

La responsabilité sociale est une initiative volontaire et implique la volonté des dirigeants à établir une nouvelle gouvernance au sein de l’entreprise. Que ce soit l’écologie industrielle ou la responsabilité sociale de l’entreprise, ces deux concepts sont partie intégrante de la mondialisation, la compétitivité et du développement durable.