L'entreprise Liberté et sa vision de développement durable 

On ne saurait parler de l’entreprise de transformation de produits laitiers Liberté sans traiter de recyclage, d’efficacité énergétique, de réduction des GES ou d’analyse du cycle de vie. En effet, depuis quelques années, la croissance de ce géant de l’agroalimentaire s’est effectuée en étroite symbiose avec les principes de développement durable qui font désormais partie de la mission de l’entreprise.

Issue d’une volonté de la direction des Produits de marque Liberté inc. en 2005, la mission de développement durable s’est vite propagée à l’ensemble des parties prenantes. Mais le processus ne s’est pas mis en branle par lui-même, loin de là.

 

Les premiers pas

À l’origine, les dirigeants de la société souhaitaient adopter un mode de gestion plus respectueux de l’environnement, sans toutefois savoir d’emblée comment s’y attaquer. Ce n’est que lorsqu’ils se sont adressés au Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG) que les morceaux du casse-tête ont commencé à se mettre en place. « L’analyse du cycle de vie de nos produits effectuée par le CIRAIG et le bureau de consultants Quantis nous a permis d’amorcer le virage vers une gestion durable. Il s’agit d’un excellent point de départ pour n’importe quelle entreprise intéressée par la question », explique Maria Martinez, coordonatrice du développement durable et de la responsabilité sociale chez Liberté.

L’analyse du cycle de vie a permis à Liberté de cibler trois zones sensibles où il leur était possible de faire des interventions : au niveau de la distribution des produits, de l’emballage des produits et de l’énergie requise pour la fabrication.

La mise en place de stratégies concrètes

Une fois l’analyse du cycle de vie complétée, il est apparu clair qu’il fallait que l’entreprise se dote de ressources pour arriver à ses fins. C’est à ce moment que Mme Martinez s’est jointe à l’équipe. « Un de mes premiers mandats a été de dresser un plan d’action en fonction de l’analyse du cycle de vie et de déterminer des objectifs pour les années à venir », se souvient-elle.

Dès la première année, la compagnie a rencontré les différents fournisseurs afin de leur faire part de leur engagement et les a sollicités pour obtenir de nouvelles idées. « Certains nous ont emmené des pistes de solutions, comme notre fournisseur d’emballages qui nous a proposé d’utiliser des boîtes préformées plutôt que précoupées, ce qui nous a permis de réduire de 25 à 30 % la quantité de carton utilisé ».

Parmi les autres innovations et changements qui s’en sont suivi, notons en outre l’optimisation des trajets lors de la distribution, le recyclage des emballages des ingrédients, la sensibilisation des employés à l’aide de formations comme, la création d’une culture de développement durable à l’interne en encourageant les employés à faire du covoiturage ou en faisant l’acquisition d’ameublement de bureau recyclé et en s’approvisionnant en articles de consommation courante responsables (sucre biologique et équitable, papier à main recyclé, savon certifié Eco-logo).

Des retombées positives

Les efforts pour assainir la gestion de l’entreprise portent leurs fruits puisque de nombreux gestes se soldent par des bénéfices économiques intéressants. « Plutôt que de défrayer des coûts importants pour faire lever nos conteneurs à déchets, nous engrangeons maintenant des profits substantiels en valorisant nos résidus », précise Mme Martinez. Certains changements exigent au départ quelques investissements, mais le but est de les rentabiliser à court ou moyen terme. « Nous avons par exemple acquis un logiciel pour l’optimisation logistique de notre réseau de distribution, mais les économies de carburant générées rentabiliseront certainement cette acquisition d’ici deux ans. » Avant d’être adopté, chaque projet est d’ailleurs soumis à des études de faisabilité rigoureuses qui sont analysées par des groupes de travail.

L’adoption d’une stratégie de développement durable est aussi une manière efficace de se démarquer de la concurrence. Indéniablement, le « vert » a la cote auprès des consommateurs qui font des choix en ce sens en privilégiant des produits locaux, biologiques ou dont l’emballage est recyclable. Les gestes posés par l’entreprise Liberté viennent répondre à ces préoccupations.

Le saviez-vous?

L’analyse du cycle de vie permet de déterminer l’impact que peut avoir un produit sur l’environnement en tenant compte de :

  • l’extraction et la transformation des matières premières ainsi que la fabrication
    exemple : procédés propres ou polluants? énergivores ou non? matières renouvelable ou non?
  • l’emballage et la distribution
    exemple : distribution par avion, train, bateau ou camion? emballage en carton recyclé ou en styromousse?
  • l’utilisation
    exemple : produit lavable ou à usage unique?
  • la fin de vie du produit
    exemple : produit recyclable, biodégradable ou jetable?

 

L'entreprise Liberté en bref

  • Fondation : 1928
  • Située à : Saint-Hubert
  • Secteur d’activité : transformation et distribution de produits laitiers
  • Produits : lait, crème, yogourt, fromage
  • Nombre d’employés : 288
  • Site internet : www.liberte.qc.ca