À lire : des exemples d’entreprises de l’agglomération de Longueuil qui contribuent à la prospérité économique et sociale de leur pays grâce à leurs efforts d’innovation durable.

 

Des produits funéraires éco-responsables
Cercueil bambou [Lien vers www.cercueilbambou.com]

Armé d’une passion pour le bambou et d’un baccalauréat en administration des affaires serti d’un certificat en création d’entreprise des H.E.C., François Pierre Blain s’est lancé en 2009 à la conquête d’un nouveau marché en proposant pour la première fois au Québec des urnes et des cercueils écologiques.

Cet entrepreneur, qui a œuvré dans le domaine de la fabrication d’armoires de cuisine, avait déjà en poche une liste de fournisseurs et d’artisans habitués à travailler avec le bambou, une fibre qui surpasse les essences de bois traditionnelles du point de vue écologique pour sa capacité extraordinaire à se régénérer. En effet, le bambou – qui est en réalité une herbe – atteint sa maturité 10 à 20 fois plus rapidement qu’un arbre et ne nécessite aucun herbicide, pesticide ou fertilisant.

« On a constaté que ceux qui se laissent séduire par un produit écologique désirent que celui-ci le soit entièrement; ainsi, nous avons changé le type de finition des urnes et avons opté pour un vernis à base d’eau, plus respectueux de l’environnement. » L’entrepreneur travaille également en collaboration avec les salons funéraires afin d’ajuster ses modèles de cercueil à leurs standards. « Le bambou étant plus lourd que le bois, il a fallu retravailler nos gabarits afin que le résultat final soit plus léger. »

 

Un procédé de fabrication pour diminuer l'empreinte écologique
Moderco inc. [Lien vers www.moderco.com]

Consternées par les 250 tonnes de résidus que leur entreprise manufacturière générait annuellement, les têtes dirigeantes chez Moderco inc. ont entrepris il y a quelques années de développer un procédé de fabrication innovateur qui diminuerait leur empreinte écologique.

Bien établie dans le secteur des cloisons amovibles pour les salles de conférence ou de banquet, la compagnie Moderco a amorcé son virage vert en sollicitant l’aide d’une équipe de chercheurs de l’Université de Sherbrooke afin de trouver un nouveau substrat. « Comme tous nos produits sont fabriqués sur mesure pour nos clients, il y avait beaucoup de pertes au niveau de certains matériaux comme le gypse, dont le format est standard », explique Stephan Julien, vice-président de l’entreprise. « De plus, le gypse est un matériau dont le recyclage exige une forte dépense énergétique. C’est donc à ce niveau que nous avons concentré notre recherche. »

Le défi était donc de développer un produit équivalent au gypse en termes d’acoustique et de poids, mais qui génèrerait moins de pertes. Et leurs efforts porteront bientôt leurs fruits puisque Moderco est sur le point de faire breveter un tout nouveau substrat qui s’avère plus performant au niveau acoustique qu’un gypse d’un demi-pouce, tout en ayant plusieurs particularités résolument « vertes ».

Le nouveau substrat, appelé « Ecoustech », est composé d’agrégat placé entre deux couches de carton recyclé, lié à l’aide d’uréthane, puis formé dans un moule ajustable afin qu’il n’y ait aucune perte. « La fabrication du moule ajustable en hauteur et en largeur est vraiment la partie de l’aventure qui nous a causé le plus de soucis. Cependant, le fait de générer moins de déchets se soldera certainement par des bénéfices économiques, sans compter l’attrait évident que ce produit écologique aura pour nos clients. » On peut effectivement facilement s’imaginer qu’un tel produit fera bonne figure sur le marché de la construction ou de la rénovation, alors que de plus en plus de projets sont conçus en fonction de minimiser leur impact sur l’environnement.

 

Des produits biodégradables et recyclables pour limiter la propagation des infections
Hygie Canada [lien vers www.hygiecanada.com]

La préoccupation pour la prévention des infections a atteint des sommets ces dernières années, alors que des épidémies de C. difficile ou de grippe se sont propagées facilement dans les centres hospitaliers ou les centres d’hébergement et de soins longue durée. Les produits distribués et conçus par Hygie Canada permettent dorénavant aux hôpitaux de disposer des matières fécales de manière plus sécuritaire pour la santé des patients et des travailleurs grâce à des enveloppes hygiéniquesMC oxo-biodégradables et des bassines entièrement recyclables.

L’idée était d’offrir aux institutions hospitalières des solutions de rechange concrètes aux systèmes de nettoyage et de disposition des matières et fluides corporels en place. « Les bactéries, même les plus virulentes et résistantes, ne courent pas – ce sont les méthodes de travail actuellement en vigueur qui font qu’elles sont propagées à travers l’hôpital », illustre le fondateur d’Hygie Canada, Éric Tanguay. « Ainsi, les bassines traditionnelles peuvent contaminer tout leur environnement en effectuant le trajet jusqu’au lave-bassine ou au macérateur. »

En contrepartie, l’utilisation de l’enveloppe hygiéniqueMC permet d’isoler le contenu de la bassine et d’en disposer sur place. Bien que l’objectif premier soit de contenir les risques de propagation des infections, l’impact environnemental de leurs produits demeure au cœur des préoccupations pour Hygie Canada. Le souci écologique a donc poussé l’entreprise à offrir des enveloppes en plastique oxo-biodégradable, c’est-à-dire un plastique conçu pour se dégrader grâce à un additif qui accélère sa fragmentation. De plus, comme la bassine demeurait potentiellement contaminée malgré l’utilisation des enveloppes hygiéniquesMC, Hygie a entrepris de réinventer l’outil et a fait breveter le support HY21. Ces bassines en plastique à usage unique sont fabriquées au Québec et sont munies de poignées qui en facilitent l’utilisation. Et, quoi de plus, l’entreprise incite les centres hospitaliers à lui retourner les bassines et se charge de les acheminer à un centre de recyclage. Voilà donc un bel exemple d’innovation… responsable.